Sitemap

Navigation Rapide

Le portail a fait un bruit d'enfer en s'ouvrant et il l'a franchi.Il a immédiatement plongé sa main osseuse dans la poche de son manteau, en a sorti son paquet de cigarettes et, comme tant d'autres fois auparavant, a coincé la cigarette entre ses dents et l'a allumée d'un geste rapide.Une forte inspiration a permis de s'assurer que l'extrémité était allumée, et la bonne nicotine est entrée dans sa bouche et descendue.Il a retiré la cigarette de sa bouche, l'a tenue en l'air et l'a regardée.

"Je n'arrive toujours pas à trouver comment faire fonctionner tout ça", se dit-il.

Il a traversé le couloir et est entré dans le complexe de bureaux où il avait son poste de travail et son bureau.Julie était assise à la réception, comme toujours.Il doute qu'elle soit jamais partie.

"Salut, Bill et bon retour. Comment se sont passées tes vacances ?"Il n'aimait vraiment pas Julie.

"C'était putain de génial. Je n'ai pas vu une seule âme pendant tout le voyage. Vous pouvez imaginer ? Pas une seule âme pendant un très long moment. Je suppose que c'est à ça que doit ressembler le paradis."Et encore, il n'aimait pas vraiment quelqu'un.

"Je suis content que tu sois de retour. Les choses vont un peu lentement depuis que tu es parti. Tu connais Harry, le nouveau ? Il apprend encore les ficelles du métier, alors on est un peu serré sur la liste."Bill a soupiré et a secoué la tête.

"Super. Je reviens tout juste de mes vacances et je dois gérer le relâchement laissé par un putain de débutant. Merveilleux."Il se dirigea directement vers le couloir qui menait à son bureau, "Je suppose que la liste et tout le reste sont dans mon bureau ?".

"Comme il se doit, Bill."

"Merci, Julie."Il s'est surpris lui-même et Julie à dire merci.Il devait être de bonne humeur.Il était presque sûr que ça allait changer maintenant.

Il est entré dans son bureau et a vu l'énorme pile de dossiers sur son bureau.La bonne humeur qu'il avait eue en arrivant au travail a disparu instantanément.Bill a regardé le bureau et a ramassé la pile de dossiers et les a mis dans sa mallette pour les envoyer à son poste de travail en bas.Il a enlevé celui du haut en premier.

"Autant s'y mettre tout de suite."Il a ouvert le dossier et l'a jeté sur son bureau en prenant son paquet de cigarettes et en allumant une autre.Quelle que soit l'interdiction de fumer, il n'en avait rien à foutre.Ça n'avait pas d'importance de toute façon.

Il a continué à parcourir le dossier et s'est arrêté. "Putain de Suède ? Aaaah, merde. Comme si ça ne pouvait pas être pire."Il ramassa le dossier et s'avança pour prendre son outil de travail, puis ouvrit un nouveau portail à travers le mur. "Putain de Suède. Ça doit être cette putain de Suède. Bien sûr, ça devait l'être."Il a franchi le portail et s'est rendu à son premier travail après les vacances.

---------------------------------------------------------

Malin s'est réveillée avec un énorme mal de tête.Elle se demandait si elle n'avait pas trop bu hier soir.Elle était encore dans le champ où ils avaient fait la fête la veille, alors elle s'est dit qu'à un moment donné, elle avait dû s'évanouir.

À côté d'elle se trouvait le mât de mai cassé qu'ils avaient érigé quelques nuits auparavant.Ses longs cheveux blonds étaient en désordre et elle les a balayés pour avoir une vision claire de la situation avec ses yeux bleus brillants.Des bouteilles et des canettes traînaient dans l'herbe, ce qui n'est pas surprenant, mais à part ça, l'endroit semblait abandonné.Quel genre d'amis avait-elle pour la laisser comme ça ?Elle se pencha un peu, s'appuyant sur sa main gauche et gémissant en sentant une autre vague de douleur se répandre dans sa tête.

"Ah Dieu, tu es enfin là. Alors on peut y aller. Allez. Chop chop."Malin a cligné des yeux plusieurs fois, essayant de comprendre d'où venait la voix.Sans parler de qui était cette voix, et pourquoi il ne l'a pas aidée ?Elle a entendu le bruit familier d'un briquet qu'on allumait et ce qui était probablement une cigarette.Malin n'était pas une fumeuse elle-même, mais plusieurs de ses amis l'étaient et elle ne connaissait que trop bien le bruit.

"Qui êtes-vous ?"Elle a réussi à bégayer en se redressant lentement en position assise.Sa tête battait toujours, et elle a remarqué que sa fine robe blanche était couverte d'herbe.Il avait glissé jusqu'à mi-cuisse, et elle eut un moment d'angoisse de la gueule de bois en se disant qu'il aurait été facile pour quelqu'un de jeter un coup d'œil à sa culotte pendant qu'elle était assommée.

"Je suis Bill. Je suis ici pour t'emmener. Maintenant, lève ton cul et allons-y. On a beaucoup de travail à faire."

Malin a lentement commencé à regarder autour d'elle et a finalement repéré Bill.C'était un spectacle effrayant.A quelques mètres d'elle se tenait une silhouette portant une cape noire.La cape recouvrait le personnage de la tête aux pieds, une grande capuche recouvrant la tête.Il semblait y avoir une sorte d'obscurité autour de la figure car elle ne pouvait pas voir son visage.Ce qui la terrifiait vraiment, c'était les mains.La faux dans sa main droite aurait pu être assez effrayante, la cigarette dans sa main gauche pas tellement, mais ses mains étaient de l'os pur.Il n'y avait pas de chair ou autre chose, juste des os.

Malin poussa un cri de terreur et commença à s'éloigner de lui, toujours assise sur le sol et ne pouvant se relever.Elle s'est arrêtée en rencontrant un obstacle branchu derrière elle.Tous ses instincts lui disaient de se retourner et de grimper, mais elle ne pouvait pas.Ses jambes ne voulaient pas écouter, et ses bras avaient l'impression d'être enchaînés au sol.

"Toujours la même réaction. Pas une seule fois je n'ai l'une des personnes raisonnables qui me voit et qui dit, "Bien, ok. C'est assez. Je tombe toujours sur les idiots."

Bill s'est rapproché de Malin et s'est tenu à environ un mètre d'elle. "Viens. Debout. Le temps n'attend pas les salopes ivres."

"Qui... êtes-vous ? Et que... s'est-il passé ?"Malin a à peine réussi à marmonner les mots.

"Tu es mort, pas sourd. Peut-être que ta capacité cérébrale est minimale, mais pas sourd. Je t'ai dit que je suis Bill. Quant à ce qui s'est passé... tu te souviens de ce que tu as fait la nuit dernière ?"

-----------------------------------------------------------------

Malin a traversé le champ en titubant, une bouteille de vodka remplie au quart dans la main.Elle avait fait deux erreurs cette nuit-là.L'un d'eux prenait le mauvais bus et se rendait dans la mauvaise ville.La seconde est que le réveillon de la Saint-Jean n'a lieu que demain et que tout le monde est occupé à la maison à préparer le lendemain.

La seule chose disponible pour elle était cette bouteille de Vodka qui n'était même pas bonne.Ça l'a rendue ivre, donc au moins ça a fait son travail.Aujourd'hui, cependant, elle se retrouve ivre et excitée à l'endroit où la fête de la Saint-Jean aura lieu demain.Elle a levé les yeux vers le poteau géant croisé et a pensé que cet objet phallique était devenu étrangement quelque chose autour duquel on pouvait danser.

Avec cette pensée, sa chatte était déjà vendue.Elle n'avait pas été mouillée jusqu'à présent, juste les tétons un peu raides et le sentiment d'être excitée.Maintenant, cependant, elle se sentait mouillée.La pensée d'une bite qui lui fouette la chatte était suffisante pour envoyer son esprit dans le sens unique de la masturbationville.

Elle voulait une chose et c'était une bite.Mais comme il n'y avait pas de bite dans le coin, peut-être qu'un objet phallique suffirait ?Malin s'est approchée du poteau et en a fait le tour.Les feuilles et les branches de chêne vertes le rendaient un peu côtelé au toucher, bien qu'il soit trop gros pour être inséré dans sa chatte.C'était aussi trop grossier pour y placer sa chatte nue.Peut-être qu'avec quelque chose entre lui et sa chatte, ça pourrait marcher.

Elle a passé sa main sous sa longue robe fleurie jusqu'à sa culotte.Ils étaient probablement parfaits.Le seul problème était qu'il n'y avait pas de bon moyen de prendre son pied.

Soudain, ses yeux ont accroché quelque chose d'intéressant près des tables installées à proximité.Une scie.Elle pouvait couper le poteau, le chevaucher et frotter sa culotte maintenant assez humide contre lui.Elle a trébuché, l'a attrapé et est repartie.Son idée était putain de géniale !Ou du moins, c'était sa perception de la situation.Elle s'est agenouillée au bas du poteau et a commencé à utiliser la scie.

Toutes catégories: Masturbation