Sitemap

Navigation Rapide

Je m'appelle Riley et j'ai vingt-trois ans.Je sais que j'ai un fétiche étrange mais j'aime le sexe avec des hommes plus âgés, entre quarante et soixante ans.En fait, j'ai perdu ma virginité l'été de mes dix-sept ans avec mon voisin qui avait cinquante ans.Il s'appelait Ben et il n'y avait rien de vraiment sexy chez lui.Il avait un petit ventre de bière et une petite bite de 10 cm.Je ne sais pas pourquoi je l'ai choisi pour prendre ma virginité.Si je pouvais le refaire, je le ferais, mais il n'y a pas de "recommencement" dans la vie.

Le jour où c'est arrivé, mes parents étaient en croisière pendant deux semaines et je me prélassais autour de la piscine dans mon petit bikini rouge, mes cheveux auburn relevés en une queue de cheval désordonnée, quand il est apparu à côté de moi.Ben a pris ma bouteille de crème solaire et m'a fait signe de me retourner pour qu'il puisse en mettre sur mon dos.Eh bien, comme l'histoire le veut, une chose menant à une autre, c'était mon lit.La seule chose que je connaissais du sexe était ce que j'avais vu dans le porno que j'avais commencé à regarder, alors je m'attendais à un peu plus que ce que j'ai eu.

Je n'avais qu'un lit jumeau, donc c'était un peu juste, mais on a réussi à le faire.On s'est embrassés et touchés, et j'étais un peu mouillée quand Ben est monté sur moi.Il a guidé sa bite à l'intérieur, a donné plusieurs poussées en grognant et je n'étais plus vierge.J'ai été un peu déçu, car il n'y a pas eu de feux d'artifice ou d'autres événements marquants, mais je me suis dit que cela prendrait du temps.Nous avons eu quelques séances supplémentaires pendant que mes parents étaient en vacances, mais c'était toujours aussi fade, alors j'ai cessé d'avoir des relations sexuelles avec lui.

Au cours des six années suivantes, j'ai baisé des professeurs pour obtenir un A en classe, mon patron au petit café pour obtenir une augmentation, des camionneurs lorsque je travaillais comme serveuse au relais routier local, et des hommes que j'ai ramenés à la maison lorsque j'ai eu l'âge d'aller dans les bars de campagne de la ville.À presque vingt-deux ans, j'ai décidé de quitter la petite ville où j'ai grandi, et je suis parti pour Las Vegas.Je me suis dit qu'il n'y aurait aucun problème pour trouver les hommes dont j'avais envie et pour lesquels j'étais fétichiste.

Le jour, je travaillais comme serveuse dans l'un des plus grands casinos et la nuit, je rôdais.Une façon de satisfaire mon fétichisme était d'aller dans les bars d'hôtels où se tenait une convention et de trouver un homme excité comme l'enfer et qui voulait un jeune morceau de cul.Je rôdais aussi dans les casinos, trouvant un homme et le convainquant que j'étais son porte-bonheur.Je ne faisais pas payer mes services, je n'étais donc pas une pute, mais s'ils voulaient me donner un pourboire, je ne le refusais pas.Je n'ai toujours pas eu l'un de ces orgasmes époustouflants dont j'avais entendu parler dans certains magazines, mais j'ai quand même réussi à prendre mon pied, que ce soit avec l'homme ou avec mon fidèle vibrateur de 15 cm.

Tout a changé la nuit où j'ai rencontré Matt.Il y avait une convention sur les logiciels informatiques en ville et j'étais assise au bar, regardant les hommes, mais la plupart étaient trop jeunes pour moi.Je m'apprêtais à prendre une gorgée de mon screwdriver quand j'ai été secoué sur le côté droit par cet homme plus âgé, d'environ 1m80, bâti comme un tank.Quand il a frappé mon bras, mon verre s'est renversé sur le bar et sur ma main, et quand je me suis retournée pour le réprimander, le reste de son verre s'est déversé sur mes genoux alors qu'il essayait de se stabiliser sur le bar.Heureusement, il n'y avait qu'un quart de verre d'alcool.

"Désolé", a-t-il bredouillé en essayant de s'équilibrer en attrapant le tabouret de bar, mais il a encore une fois manqué son coup, tombant au sol sur les fesses.

Des gars qui étaient derrière lui ont commencé à rire mais n'ont pas essayé de l'aider à se relever.Je ne savais pas si c'était ses amis ou juste des gens qui aimaient se moquer des ivrognes.

Sans réfléchir, j'ai sauté du tabouret de bar et j'ai versé le reste de mon verre sur sa tête, en disant avec colère : "Putain, t'es bourré ! Si tu ne peux pas supporter ta putain de boisson, tu ne devrais pas boire. Tu m'as gâché la soirée, connard, en me faisant sentir comme un whisky bon marché."

Alors que j'attrapais mon embrayage sur le bar et que je me retournais pour partir, j'ai senti une main remonter le long de ma jambe, au-delà de mon genou, et une voix qui marmonnait : "Je me demande si cette jambe sexy appartient à un travelo. Je me demande si cette jambe a une bite attachée", alors qu'il se mettait à genoux, en hoquetant plusieurs fois.

J'ai retiré ma jambe de son emprise et j'ai utilisé le bout de mon pied pour le repousser sur son cul, en disant : "Je n'ai pas de bite. J'ai une chatte, mais c'est une chatte que tu ne toucheras jamais", et je me suis dirigée vers la réception de l'hôtel pour qu'on m'appelle un taxi.

Alors que j'attendais le taxi, j'ai senti un corps me heurter violemment, me faisant presque tomber.J'ai immédiatement su qui c'était et je me suis éloigné, sans me soucier qu'il tombe sur le trottoir.

"Je suis désolé", m'a-t-il dit en tendant la main vers moi comme pour m'embrasser.

"Partez avant que je ne commence à crier,"J'ai prévenu

"Tu es si jolie que je veux te baiser. Je m'appelle Matt."

Je me suis mis à rire et j'ai finalement réussi à dire : "Tu es tellement bourré que tu ne pourrais pas la lever sans l'aide d'un bâton de glace pour tenir ta bite en l'air. Je veux une vraie bite dans mon corps, pas une pathétique bite flasque de poivrot."

Avant que Matt n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, le taxi s'est arrêté.J'ai rapidement ouvert la porte et commencé à entrer quand soudain je l'ai senti pousser derrière moi.J'étais étalé sur la moitié du siège quand il a fermé la porte et que le taxi est parti.

"Où allez-vous ?" a demandé le chauffeur.

J'ai lutté pour me redresser, baissant ma robe avant de montrer mon cul au monde entier. "Complexe Hartwood. Appartement 10."

Alors que je m'installais sur le siège, la main de Matt s'est retrouvée sur mon genou et remontait.J'ai giflé sa main et l'ai remise sur ses genoux.

"Ne sois pas si fâché, chéri", a-t-il chuchoté "Je ne voulais pas renverser mon verre sur toi", en appuyant sa tête sur mon épaule.

J'ai essayé de m'éloigner mais je l'ai entendu ronfler légèrement à mon oreille. 'Merde.Je me suis dit,Est-ce que je le laisse faire le tour du taxi jusqu'à ce qu'ils le jettent dehors, que le taxi le ramène à l'hôtel, ou je le laisse cuver sur mon canapé ?

Lorsque le taxi s'est arrêté devant mon appartement, j'avais décidé de demander au chauffeur de le ramener à l'hôtel, mais lorsque je suis sortie, cela l'a réveillé et il a trébuché par l'autre porte.J'ai payé le chauffeur et lui ai dit d'attendre, que cet ivrogne n'habitait pas ici et qu'il devait retourner à l'hôtel.Malheureusement, il n'a pas écouté et dès que j'ai fermé la porte, il est parti, laissant Matt se balader sur le trottoir jusqu'à mon appartement.

"Putain,"Je me suis murmuré à moi-même. "Je devrais me faire examiner la tête pour ce que je suis sur le point de faire", tout en me dépêchant de remonter la passerelle pour le rattraper avant qu'il ne tombe et que je doive le laisser allongé là jusqu'à ce qu'il dégrise.J'ai pris son bras et l'ai mis sur mon épaule, mon bras autour de sa taille tandis que je le guidais vers la porte d'entrée.

Je l'ai aidé à s'appuyer contre le cadre de la porte pendant que je déverrouillais ma porte, puis je l'ai aidé à entrer, le conduisant vers mon fauteuil inclinable en faux cuir.Je ne voulais pas de son corps puant sur mon canapé en tissu.Avec un peu de chance, mon fauteuil ne sentirait pas l'alcool le matin.Je suis retournée fermer et verrouiller la porte, j'ai attrapé ma pochette et je me suis dirigée vers le hall de ma chambre.

J'ai pensé à changer de robe et à retourner rôder, mais je n'étais pas vraiment d'humeur après la merde qui s'était produite plus tôt, et je ne voulais pas laisser un étranger seul dans mon appartement.J'ai décidé de prendre une douche et d'aller au lit.Demain, je lui ferais payer le nettoyage à sec de ma robe, puis je le mettrais dehors et le laisserais trouver comment rentrer à l'hôtel.Je dormais habituellement nue, mais avec un homme étrange dans la maison, j'ai décidé que ce ne serait pas une bonne idée.J'aurais aimé avoir un verrou sur la porte de ma chambre, mais j'ai pensé qu'il serait trop ivre pour bouger et qu'il dormirait jusqu'au matin.

Après ma douche, j'ai séché mes cheveux avec mon sèche-cheveux et j'ai enfilé une chemise de nuit.Je me suis glissée au milieu du lit et j'ai remonté le drap jusqu'à mon cou, m'endormant rapidement.

Quand je me suis réveillé le matin, j'ai commencé à étirer mes bras quand soudain ma main a heurté quelque chose de dur.J'ai rapidement tourné la tête et j'ai vu ce corps musclé et nu, endormi sur les couvertures, sa bite dure comme de la pierre se tenant droite.Tout ce que je pouvais faire, c'était de regarder - ça devait faire au moins 20 cm de long et 30 cm de large.J'ai senti le diable se percher sur mon épaule, me disant de donner une pichenette à la tête et de la dégonfler, mais l'ange sur l'autre épaule ne me permettait pas de le faire.Au lieu de ça, je l'ai poussé durement.

"Trou du cul, sors ton putain de corps puant de mon lit. Maintenant je vais devoir laver mes vêtements de lit,"

Il a gémi et a essayé de se retourner pour s'endormir plus profondément, mais je ne l'ai pas laissé faire. Je me suis levée, j'ai marché jusqu'à la salle de bain, j'ai pris mon verre sur le comptoir, je l'ai rempli d'eau et je suis retournée dans la chambre.Debout au-dessus de lui, j'ai versé le verre d'eau froide sur sa tête et un peu sur sa queue.

"Putain, c'est quoi ce bordel !", a-t-il crié, en s'asseyant dans le lit, essayant de s'orienter. "Qui êtes-vous, bordel ? Où je suis, bordel ? Ce n'est pas ma chambre d'hôtel."

Sans prendre la peine de lui donner mon nom, j'ai juste dit : "Tu es dans mon appartement, dans mon lit. Tu m'as suivi chez moi hier soir comme un chiot ivre."

"J'ai fait quoi ? Pourquoi suis-je nu ? Avons-nous fait quelque chose ?"

J'ai commencé à rire et j'ai dit : "Tu avais une bite flasque et ivre qui ne pouvait rien baiser, et quant à la raison pour laquelle tu es nu, je suppose que tu t'es déshabillé tout seul et que tu as trébuché dans ma chambre pendant la nuit. Je t'avais laissé habillé et ronflant dans mon fauteuil relax."

"Hé, qui êtes-vous ?" a-t-il demandé à nouveau, en se grattant la tête.

"Je suis le foutu idiot qui t'a laissé passer la nuit dans mon fauteuil après avoir renversé ton verre sur mes genoux et après t'être imposé dans mon taxi,"Je lui ai dit. "Maintenant, je vais jouer les bons samaritains une fois de plus et aller laver tes vêtements après ta douche. J'ai un peignoir derrière la porte de la salle de bain que tu peux utiliser. Tout ce dont tu as besoin est dans la salle de bain."

Toutes catégories: Fétichisme