Sitemap

Navigation Rapide

En tant que jeune travesti, petit, joli et maintenant assez confiant, je me sens chanceux d'avoir découvert tant de choses sur moi-même.Je suis fière d'avoir une forme mince, lisse et bien exercée.J'ai de longs cheveux blonds mèches et mon objectif est de toujours développer et améliorer mon élégance féminine.

Mes amis me disent que je possède une très forte crédibilité dans mon apparence de jeune femme.Je pense que c'est dû à l'expérimentation constante et aux heures de pratique que je passe joyeusement devant mes miroirs.J'ai plus de deux douzaines de robes de taille 3 à 7.Les gens semblent toujours dire qu'ils me vont bien !

Ma fierté personnelle et mon assurance bien rodée contribuent à faire de mes interventions en public une expérience très positive et passionnante pour moi.J'ai passé plus d'un an à m'habiller en Cari en public.Je passe presque tous les week-ends avec assez de confiance pour être vu commeune jeune femmedans certains bars et boîtes de nuit de ma ville natale, Boston, chaque vendredi et samedi soir.

À dix-huit ans, je suis peut-être un peu en avance sur la plupart des gens...Les fillesdans l'expérience du monde transgenre.Avant, j'étais choquée de sentir qu'il y avait des moments où je me trouvais mystérieusement attirée par certains types.Il m'a fallu beaucoup de temps pour explorer ces sentiments contradictoires mais puissants.

Beaucoup de choses se sont passées durant cette première année en tant que femme en public.J'étais constamment reluquée et poursuivie par tous types de mecs alors que j'étais naïvement habillée.de manière trop séduisanteque moidevraitont été.Mes amis m'ont dit que je ressemblais souvent à une call-girl élégante mais presque blatante.J'étais accro à l'extrême féminité de mon look, simplement parce que je me sentais bien.

Je me suis souvent retrouvée à parler à des hommes plus âgés, plutôt élégants, à l'élocution soignée.Ils semblaient moins agressifs et plus du type de gars avec qui je me sentais le plus à l'aise pour passer du temps.C'était à la fois déroutant et souvent très excitant de faire l'expérience de ces nouveaux sentiments et d'essayer de les gérer.J'ai toujours été excessivement prudent et je me suis retrouvé à rester dans des situations sûres et non sexuelles à tout moment.

J'allais maintenant à l'université à plein temps tout en travaillant trente heures par semaine.Je vivais hors du campus, ayant la liberté ultime pour un travesti dévoué.J'ai cependant toujours veillé à ce que mon école passe en premier.La nature chargée et trépidante de la semaine complète d'apprentissage et de travail a presque toujours inspiré ma détente le week-end.

Ma deuxième priorité était de combler le besoin d'alimenter mon véritable hobby et ma passion - qui était de m'habiller en femme.Le monde des transgenres est loin d'être un endroit idyllique ou parfait.Il est souvent préférable de laisser les fantasmes tels quels.Les dangers sont trop réels.Cependant, j'aimais tout simplement tout ce qui concernait l'habillage en fille.J'ai pris les risques et je suis devenu très conscient.

J'ai appris, même au milieu de mon adolescence, à être très prudent.J'étais conscient que trop de personnes que j'ai rencontrées ont de grandes difficultés avec de nombreux aspects de la communauté "LGBT".J'étais consciente que des filles comme moi rencontraient la violence et malheureusement plus encore.À bien des égards, j'étais stupide de m'aventurer en public habillée, mais c'était un besoin que je ne pouvais pas nier.

Par conséquent, il est tout simplement difficile de faire le tri entre les personnes authentiques et dignes de confiance.La drogue et la prostitution rendent l'environnement presque toxique par moments.Ce n'est vraiment pas un environnement aussi glamour qu'il peut paraître à ceux qui n'y ont jamais été confrontés.

Un soir, cependant, est arrivé un beau garçon, au parler agréable et presque normal !Il a attiré mon attention parce qu'il était élégant et raffiné.Il était beaucoup plus âgé que moi.Je l'aimais bien, mais ma peur m'obligeait à le rencontrer au club plusieurs semaines de suite avant de lui faire confiance.

Pendant ce temps, il m'a payé des dizaines de verres.Nous avons dansé ensemble à certains moments et nous sommes devenus une sorte de couple officieux.Lui et le barman du club qu'on fréquentait m'ont convaincu que l'idée de notre rencontre pouvait être "normale et innocente".Finalement, j'ai cédé.Ma naïveté et ma curiosité ont fait que nous avons eu un bon dîner ensemble.Le fait d'être escortée m'a fait me sentir si féminine, si heureuse et presque normale dans mon rôle de fille.

Après le dîner, nous avons pris un verre au club.Les choses ont soudainement pris une direction inattendue.Mon premier baiser avec un homme m'a ému au-delà de tout ce que j'avais imaginé.Cela a rapidement conduit à des boissons chez lui et à la perte éventuelle de mes culottes et plus encore !

Soudain, je - lebeau garçonen robes - a eu unpetit ami!Au cours des six mois suivants, j'ai appris que faire plaisir à un homme était tout aussi gratifiant sexuellement et émotionnellement que de se faire faire plaisir par un homme.J'étais passée de l'autre côté, mais je me voyais simplement comme une fille hétérosexuelle, qui sortait avec un hétéro.

J'ai découvert qu'être la petite amie et l'amant d'un homme était une expérience bien meilleure que ce dont j'aurais pu rêver !J'aimais tout ce qui concerne la soumission et le fait de plaire à un homme.Faire l'amour avec un homme a validé ma personnalité féminine et ma féminité intérieure plus que tout autre chose sur la planète.

Aussi bonne qu'ait été ma vie dans le rôle de maîtresse d'un homme, elle est vite devenue très compliquée.Il était marié, ce qui était parfait pour moi, mais nos difficultés ont commencé quand il a voulu tellement plus.Ironiquement, j'ai été choquée d'apprendre que cela signifiait qu'il voulait quitter sa femme pour moi !

C'était juste trop intense pour moi.Malgré l'attirance que j'éprouvais pour lui et le fait que j'aimais beaucoup être son amant exclusif, j'ai senti que nous devions nous séparer en tant que couple.Malheureusement, l'esquiver commençait à me rendre fou.Il a commencé à se montrer chaque fois que je sortais en boîte.Je devais le rejeter constamment et j'avais besoin d'un changement et d'une pause dans le milieu des rencontres et des transsexuels de Boston.

Mon plan d'escapade consistait à faire un voyage d'une semaine à Montréal, au Canada, dans un environnement non sexiste, pendant les vacances de printemps de mon université.Il y avait cinq heures de route, mais pour moi, c'est une évasion parfaite.J'étais allé à Montréal quand j'étais enfant, en voyage et deux fois avec des amis de l'université.J'y étais aussi allée une fois pour un long week-end en tant que Cari et cela avait été les meilleures vacances de ma vie.

Le seul problème avec l'escapade d'un travesti au Canada est la douane.Il est très bizarre - si l'on s'arrête - d'expliquer mes perruques, talons hauts et robes dans mes bagages à la frontière !Mes amis ont suggéré de dire aux agents frontaliers que je faisais des spectacles de travestis pour le plaisir.

Un de mes amis a fait des spectacles avec un groupe de charité et de collecte de fonds pour les transgenres.J'ai emprunté leur carte de visite pour montrer mon appartenance.Puisque j'ai fait du bénévolat et que j'ai moi-même participé à des spectacles de synchronisation labiale à certains moments.

Heureusement, je n'ai eu aucun problème cette fois-ci à la frontière.C'est toujours plus facile d'aller au Canada.La logistique mise à part, je suis finalement entrée dans ma chambre d'hôtel et je me suis transformée en mon alter ego préféré, Cari.

Enfin, mes presque six semaines de frustrations hivernales touchaient à leur fin.Je trouve la paix à Montréal pour de nombreuses raisons.C'est la ville la moins critique que je connaisse.La sensualité est valorisée et je n'ai jamais connu une culture plus ouverte et plus tolérante.

Montréal est une ville à la fois sophistiquée et cosmopolite.Les femmes françaises sont généralement minces, bien maquillées, portent des talons hauts et aiment être très séduisantes.Elles s'habillent de manière impeccable et presque toujours avec des vêtements féminins élégants.S'habiller à la mode ici, c'est normal !

Le meilleur de tous est peut-être que la communauté LGBT est ici au premier plan et même célébrée !De nombreux hommes français pensent qu'une "fille avec quelque chose en plus" est un cadeau du ciel !Il n'y a aucun endroit comme Montréal dont j'ai entendu parler.On m'avait demandéoutplusieurs fois par des hommes très séduisants lors de mon précédent voyage là-bas.Je les ai rejetés en raison de mon inexpérience antérieure et de mes craintes en matière de sécurité.

Montréal m'a immédiatement placé dans une situation effrayante que je n'oublierai jamais.C'était une circonstance qui aurait pu être l'une des plus grandes erreurs de ma jeune vie.Quand je suis arrivé, je me suis mis sur mon 31 en avance.À la lumière du jour, j'ai décidé de faire le long chemin entre ma voiture et le club, pour profiter de l'air chaud de la nuit de printemps dans ma tenue la plus sexy.

J'ai adoré le fait que je me sois sentie très à l'aise en public ici.En marchant dans les rues animées de la ville, j'étais à moitié perdue dans l'excitation d'être habillée de façon si féminine et attrayante.J'aimais tellement marcher avec mes talons hauts de 15 cm de toute façon.Il se pavane maintenant sur le trottoir du centre-ville sur St.La rue de Catherine était une pure joie.

J'étais ravie de mon audace et de ma coquinerie en ne portant qu'une minuscule mini robe blanche en spandex, longue comme la cuisse, moulante et avec un col en V. Je n'avais pas le choix.C'était juste une autre des nombreuses robes à la limite de la prostitution que mes amis ont suggéré comme étant un peu exagérées pour une fille qui n'était en aucun cas une call-girl !J'aimais l'attention en tant que fille sexy mais maintenant je me sentais si libre d'être moi dans cette ville.

Cette mignonne petite mini robe ne demandait qu'à ce que les gens me regardent et même me dévisagent.Il.Je la décrirais comme scandaleusement féminine.C'est peut-êtretroprévélant ma peau douce et lisse.J'étais enchantée de savoir que j'avais l'air incroyablement petite et mince et que je ressemblais tellement à une call-girl sexy en le portant.

Soudain, alors que je me pavanais dans mes talons hauts, beaucoup de choses ont mal tourné.J'ai levé les yeux et j'ai vu pas moins de trente motos garées et leurs conducteurs à l'allure nerveuse se tenir juste à côté du trottoir devant moi.Oh mon Dieu, c'est tout ce que je pouvais penser.Que dois-je faire maintenant - je me suis inquiété.

Des dizaines de ces motards à l'air brut se tenaient sur le trottoir sur lequel je marchais.J'ai envisagé de faire demi-tour rapidement, mais j'ai pensé que cela m'aurait fait remarquer encore plus.J'ai tremblé d'une peur soudaine.J'ai brièvement pensé à courir, mais mes talons hauts de cinq pouces en cuir blanc m'en empêcheraient !

Mes impulsions et mon indécision me disaient de continuer à avancer.Maintenant, avec mon cœur dans la gorge, j'ai déambulé prudemment en essayant de rendre mon déhanchement et ma démarche érotique de prostituée et mon apparence - moins exagérés.Dans ma tenue, c'était plutôt impossible !J'ai regardé le trottoir, craintive, mais prudente, en me pavanant sur mes très hauts talons.

Maintenant, j'avais même peur de lever les yeux.J'ai entendu un commentaire en français.J'ai jeté un coup d'oeil de côté et j'ai réalisé que les motards m'appelaient.J'ai été choqué de voir qu'ils semblaient complémentaires !Je n'ai pas été menacé ou méprisé.De nombreux motards vêtus de cuir me souriaient sincèrement !Même si j'avais plutôt l'air d'une prostituée montréalaise, ils m'approuvaient en me sifflant et en m'appelant !

Avec une profonde respiration, j'ai finalement réalisé que j'étais en sécurité !Soudain, j'ai pris confiance et je me suis éloigné d'eux.Ravie de ma fuite et de mon audace, j'ai même remué mon derrière rond d'une manière ouvertement sexy avant de me retourner vers eux et de leur sourire.Ce n'est qu'une des nombreuses raisons pour lesquelles j'aime vraiment cette ville merveilleuse !Dans d'autres villes, je pourrais être mort !

À Montréal, je peux oser êtremoi-mêmebien au-delà de ce que j'aurais pu faire dans ma ville natale de Boston.Je ne m'étais pas sentie aussi libre depuis ce qui semblait être une éternité.À Boston, les gens connaissent presque tout le monde, surtout dans le petit environnement fermé des deux clubs transgenres que je fréquente à Boston.Ici, c'était complètement différent et personne ne connaissait même mon nom.

Maintenant, je me sentais encore plus sexy et même excitée sexuellement.Je me sentais excité et ma façon de m'habiller le montrait de façon indélébile.La minuscule mini robe blanche en spandex ne laissait rien à l'imagination.Il exposait mes épaules, le haut de mes seins et littéralement chaque centimètre de mes jambes.C'était presque comme si j'avais une petite serviette extensible qui me collait au corps après être sorti de la douche, avec seulement quelques sangles pour la maintenir en place !

Je suis entré avec joie dans le Pyramid Lounge sur St.Laurent Street et est allé au bar.J'avais l'impression que tous les regards étaient tournés vers moi et j'adorais ça.Je me suis assis et avant que je puisse commander une boisson, on m'en envoyait une !

Comme c'était l'happy hour, le bonus était aussi de deux pour un !J'ai remercié l'homme de l'autre côté du bar avec un toast longue distance.Pour une raison quelconque, les deux boissons ont été avalées un peu trop facilement et on m'en a envoyé deux autres.Bientôt, une autre tournée a été achetée pour moi aussi.

J'ai facilement descendu les quatre boissons rapides en quelques minutes.Je savais que je ne devais pas boire autant l'estomac vide.Aussi vite que j'ai fini le quatrième, d'autres étaient bientôt au bar à mon tabouret !Si je ne faisais pas attention, je perdais le contrôle de ma personne, mais déjà les événements de la nuit devenaient flous.L'homme qui m'a payé les boissons m'a invité dans un autre club.Je l'ai laissé me prendre par la main.

oOo

Le lendemain matin, je me suis réveillé dans le lit de ma chambre d'hôtel, dans un état de confusion et de flou.J'avais un mal de tête sourd et j'avais envie de faire pipi de la pire des façons.En me réveillant lentement, j'ai réalisé que j'avais la gueule de bois.La nuit dernière avait été quelque chose de très différent et plus qu'étrange, pour ne pas dire plus.

Je me suis vite rendu compte que je portais toujours ma robe légère.J'étais même encore dans mes talons hauts !Ce n'était pas bon.Quel genre de nuit ai-je dû passer ?Lentement, des choses ont commencé à me revenir que je ne pensais pas être possibles ou réelles.Ma nuit n'a pas pu être aussi bizarre que je le pensais.Il fallait que ce soit un rêve !

Se lever de sous les couvertures était une lutte dans mes talons hauts.Je les ai enlevés sous les couvertures et je suis allé dans la salle de bain.J'ai alors réalisé que ma culotte avait disparu.J'étais loin de me douter qu'il y aurait d'autres signes d'une soirée qu'il serait peut-être préférable d'oublier et certainement pas de se rappeler !

J'ai bu de l'eau pour ma gueule de bois et pris deux aspirines.Lentement, les choses me revenaient un peu.Alors que je m'asseyais pour faire pipi comme la fille que j'étais habillée, j'ai senti un point douloureux sur mes fesses.

Quand j'ai fini, je me suis approché du miroir.J'ai soulevé ma robe en exposant mes fesses.Sur ma fesse droite, il y avait une marque rouge vif.Un regard plus attentif a clarifié ma confusion.C'était indubitablement une empreinte de main !Mon derrière nu avait une sacrée marque de fessée.Soudain, j'ai réalisé que le rêve fou que je pensais avoir fait la nuit dernière n'était peut-être pas un rêve du tout !

Que s'est-il passé la nuit dernière ?J'ai lentement enlevé ma robe et mes talons, ayant désespérément besoin d'une douche.Où était ma culotte ?J'ai regardé dans mon lit et je n'ai rien trouvé.Ma bouche et ma gorge étaient un peu douloureuses. Alors que ma conscience commençait à s'accroître, les événements flous de la nuit dernière me revenaient en mémoire, malgré ma tête douloureuse, ma gueule de bois et ma tête qui tournait encore un peu.

Avant de me doucher, j'ai décidé de m'asseoir et de faire de mon mieux pour me rappeler les événements de cette dernière nuit.Je sais que j'avais quitté ma chambre pour me rendre dans une boîte de nuit transgenre préférée de la rue St.Laurent.Je me suis souvenue de la joie de marcher à moitié nue dans ma robe coquine et mes talons hauts dans l'air frais du soir d'août.Je me suis alors souvenu des motards et j'ai souri en me disant que j'avais été audacieux.

Je me souviens aussi avoir rencontré le type qui m'avait payé plusieurs verres pendant l'Happy Hour.Je me suis rappelé que j'avais littéralement pris le double de boissons et que j'en avais bu au moins six.C'était apparemment le début de ce que ma tête et mon corps payaient maintenant.

Par frustration et dans mon désir de paraître encore plus féminine, je me suis affamée et j'ai suivi un régime.Avoir mangé si peu avant de boire autant s'était transformé en une formule qui n'était pas bonne.Avec un mètre soixante et un kilo et demi, j'avais très peu de poids pour absorber l'alcool !J'avais encore perdu quelques kilos récemment et mon corps mince et lisse n'était pas à la hauteur pour me maintenir en équilibre.

Je me suis alors souvenu que l'homme avait suggéré que nous allions dans un autre club.Cela semblait être une bonne idée car le club de St.Laurent était très calme un lundi soir et n'a pas commencé à s'activer avant minuit.Je pense que je l'ai conduit dans ma voiture - ou du moins je dois l'avoir fait.C'était un jugement terrible !

Je donne rarement le contrôle de ma sécurité.Je trouve que Montréal est un tel havre de paix en tant que travesti.Malheureusement, je me suis permis de perdre le contrôle total et la conscience de mon environnement.Je semblais aussi le faire de manière tout à fait inconsciente.

Les semaines où je me suis affamée pour atteindre une minceur de mannequin et où j'ai sauté le déjeuner et le dîner n'ont pas aidé.J'avais perdu le contrôle d'une manière que je ne voulais jamais, jamais laisser se produire.Je me suis alors souvenu de l'étrangeté de la soirée qui avait commencé dans ce club gay huppé de la St.Rue Catherine.

Nous nous étions rendus dans un grand complexe appelé The Sky Club, qui est un énorme club à plusieurs niveaux situé au milieu du célèbre Gay Village.Le club propose tout, de la danse aux spectacles de travestis, en passant par les danseurs nus en tout genre.C'est un endroit très fréquenté, souvent sauvage, où l'ambiance change en fonction de la pièce du club que l'on choisit de visiter.

Le club accueille tous les types de personnes.Il y a des chambres pour tous les types.Il existe des zones fréquentées par les lesbiennes ou par les homosexuels.Il y a plusieurs salles de danse et même des zones où l'on sert de la nourriture.Je me souviens vaguement d'avoir été à une table haute, sur un tabouret, et d'avoir parlé à l'homme qui m'avait offert verre après verre au cabaret.C'est à ce moment-là que les choses ont vraiment commencé à devenir hors de contrôle.

Puis je me suis rappelé comment tout avait commencé.Je me suis souvenu de ça commeJ'étais encore là !Maintenant, je voyais la nuit entière dans mon esprit.Presque comme un film, j'avais l'impression d'être maintenanten regardantce que j'avais omis de voir et de faire !

oOo

Lorsque je me suis penché en avant sur mon tabouret de bar, j'ai senti un frôlement contre mon derrière et j'ai d'abord pensé que c'était accidentel.J'étais ivre, excité et je me sentais vilain.Je devenais un peu frustrée par l'homme avec qui j'étais.Il n'avait pas l'air pressé de me ramener à mon hôtel.J'étais déjà à bout de nerfs, en manque et en besoin sexuel !

Toutes catégories: Déguisement